Traversée de chartreuse

Traversée de Chartreuse

Dimanche 12 juin, nous avions prévu une traversée nord-sud de la Chartreuse, du Granier à Chamechaude, par les hauts plateaux.

Nous avions tout prévu… sauf la météo.

Alors, au décollage, à 7 heures, il ne restait que 6 partants, prêts à en découdre avec la météo.

Du coup, nous avons décidé de faire route ensemble, partant de Saint Même en allant jusqu’à Perquelin en passant par l’Alpette de la Dame et le col de Bellefont.

C’est vrai que le temps n’était pas très engageant au départ . L’arrivée à l’Alpette de la Dame s’est même faite dans le brouillard…

Mais à peine avions-nous parcouru quelques hectomètres que le brouillard s’était levé et Pascal, qui ne connaissait pas le coin, a pu découvrir la physionomie des hauts plateaux.

Après quelques dizaines de minutes sur un petit sentier sympa, nous avons rejoint le chaos de Bellefont , zone sauvage qui porte bien son nom. A l’abri du vent, et même un peu réchauffés par de timides rayons de soleil, nous avons pu nous restaurer.(On s’est rendu compte que tout le monde n’avait pas le même appétit…et on comprend mieux pourquoi certains ne font pas de gras.)

Ensuite, ce fut la montée au col, parfois sur le sentier, parfois dans l’herbe et même dans la neige… Eh oui, pourtant nous sommes mi-juin.

Côté faune, on a eu droit aux bouquetins, aux chamois et surtout aux marmottes.

Côté flore, on a découvert une plante au parfum envoutant : le bois joli.

Brève halte au col. Le temps de regarder le plateau côté nord… Au sud, la dent de Crolles est dans le brouillard.

C’était ensuite le moment de redesc endre vers Perquelin. Une descente quelque peu boueuse où la progression n’a pas toujours été facile. Pieds enlisés, chute(une seule), rigolades (pas toujours) : tel a été le menu de la descente… mais pas de casse , c’était l’essentiel.

En conclusion, la sortie a été appréciée par tout le monde… et une nouvelle date sera proposée pour le tour tel que nous l’avions programmé…sans doute fin septembre.

Au fait, j’ai oublié de dire que nous avons pris les premières gouttes dans les gorges de Chailles, bien à l’abri dans les voitures…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *